Attaque BSAP (milice privée) contre un convoi de l’USGPN; conspiration ou mise en scène ?

Attaque BSAP (milice privée) contre un convoi de l’USGPN; conspiration ou mise en scène ?
Attaque BSAP (milice privée) contre un convoi de l’USGPN; conspiration ou mise en scène ?

BSAP est la police dans la police, mais ANI [VSN2.0] est inégalable avec un pouvoir illimité, mais en résumé, les deux plus USGPN constituent un terrible trio et sont à la solde du Palais national et n’obéissent seulement qu’à l’apprenti-dictateur Jovenel Moise nourrissant l’espoir de fomenter un Coup d’Etat sur la Constitution, le 7 février 2021. BSAP inquiète, et le pire est à venir…

Mercredi 23 décembre 2020 ((radioplushaiti.com))–En attendant les conclusions de l’enquête diligentée par le responsable de l’Agence nationale des aires protégées (ANAP), Jeantel Joseph, les considérations sur l’attaque armée perpétrée par des hommes en treillis militaires identifiés comme des agents de la BSAP, – une milice privée en gestation – contre des policiers de l’USGPN provoque des questionnements.

Selon des informations dignes de foi, des hommes en treillis militaires identifiés comme des agents de la Brigade de surveillance des aires protégées (BSAP) ont attaqué, mardi 22 décembre, sur la route nationale numéro 3, un convoi de l’Unité de sécurité du palais national (USGPN) avec destination inconnue. Au terme de cette embuscade, étonnamment, les policiers attachés à la sécurité présidentielle ont été dépouillés de leurs biens, confirment des sources concordantes.

Par ailleurs, des voix officielles rapportent que des millions de Gourdes destinées au payroll des ouvriers du Barrage Marion, des fusils d’assaut, des portables ont été confisqués par les agents de la BSAP au pied du Morne-à-Cabris. Le salaire des ouvriers de Marion échappe à tout contrôle de la Cour des Comptes pour signifier le degré d’avancement de la corruption sous le régime de Jovenel Moise.

En réaction, le directeur général de l’ANAP, Jeantel Joseph dont le poste est taillé sur mesure, annonce l’ouverture d’une enquête pour déterminer les coupables. En outre, il révèle que la BSAP, un corps – de milice privée PHTK – opérant sous le contrôle de l’ANAP, dispose moins d’une quarantaine d’agents. S’agissant des revendications liées aux arriérés de salaire non payés brandis par les hommes de la BSAP pour justifier leur acte, Jeantel Joseph affirme que l’État a déjà honoré toutes ses dettes envers la BSAP.

Dans l’intervalle, des  doutes et des questionnements surgissent en ce qui concerne cet incident. Qu’est ce qui peut expliquer  cette option du Palais national de mobiliser des éléments de l’USGPN pour faciliter le payroll du personnel du chantier du Barrage Marion ? Ces 8 agents de l’USGPN victimes ne doivent-ils pas faire l’objet d’une enquête ? Quelle entité est responsable de sanctionner les éléments de la milice privée BSAP ?

À ce stade, aucune réaction du Palais national sur le dossier n’a été communiquée. Il faut également souligner que la situation de la BSAP inquiète. Des séquences audiovisuelles virales sur des réseaux sociaux démontrent des séances d’enrôlement de centaines de jeunes dans ce corps, alors que certaines interrogations sur l’opportunité de cette unité s’imposent. Qui est responsable de ce processus ? De quelle loi cette brigade a-t-elle pu être formée ? Dans un contexte où le climat de l’insécurité se dégrade, et des armes illégales sont en circulation, qui détient les manettes de cette organisation militaire redoutable?

Doit-on craindre le pire au soir du 7 février 2021 ?

SOURCE: REZONODWES

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!