Georgetown|Affluence d’Haïtiens sans-papiers – Le gouvernement guyanais nie les avoir « jetés » dans les rues

By | December 14, 2020
Georgetown|Affluence d’Haïtiens sans-papiers – Le gouvernement guyanais nie les avoir « jetés » dans les rues
Georgetown|Affluence d’Haïtiens sans-papiers – Le gouvernement guyanais nie les avoir « jetés » dans les rues

Le ministère haitien des Affaires Etrangères et celui des Haïtiens Vivant [mourant] à l’Etranger sont muets sur le sujet. Probablement, ils étudient la possibilité de s’envoler vers Georgetown pour aller leur faire un cours sur la Constitution PHTK, déjà écrite…

LES HAÏTIENS AFFLUENT EN GUYANE POUR REJOINDRE LA GUYANE FRANÇAISE ET AU-DELÀ VIA LE SURINAME.

Dimanche 13 décembre 2020 ((radioplushaiti.com/))–Le gouvernement guyanais a nié vendredi avoir « jeté » des ressortissants haïtiens dans les rues de la capitale en début de semaine, insistant sur le fait qu’ils avaient eu le choix entre rester dans un établissement approuvé par le gouvernement ou « être libérés à l’adresse de leur choix ».

La semaine dernière, la présidente de la Cour suprême par intérim, Roxane George, a accordé un sursis à l’exécution de l’arrêté d’expulsion pris à l’encontre de 26 Haïtiens, dont plusieurs femmes et sept enfants, jusqu’à ce que la Haute Cour se prononce sur la constitutionnalité de la détention des Haïtiens et de leur expulsion prévue du Guyana.

Le magistrat principal, Sherdel-Isaacs-Marcus, du tribunal de Georgetown, avait émis l’ordre de conduire les Haïtiens au port de sortie le plus proche au motif qu’ils violaient les lois d’immigration du Guyana.

Mais un Habeas Corpus a été déposé devant la Haute Cour la semaine dernière par le président de l’Association des ressortissants haïtiens en Guyane, Kesnel Toussaint, arguant que les Haïtiens étaient soumis à « un traitement inhumain et à des conditions insalubres ».

Mais mercredi soir, les médias ont rapporté que les Haïtiens qui étaient en « détention préventive » ont été déposés devant un hôtel de la ville où certains d’entre eux séjournaient avant d’être détenus.

« Le propriétaire de l’hôtel a été choqué par l’apparition des ressortissants haïtiens à son hôtel et a dit qu’il verrait ce qu’il peut faire maintenant pour les accueillir », a rapporté un média.

« Les bus les ont amenés en ville juste après 22h30. Selon l’un des Haïtiens, on leur a remis leurs passeports car ils ont été autorisés à descendre des bus près de l’hôtel où ils séjournaient avant leur détention. Certains d’entre eux se sont plaints que leur traitement était humiliant », note le rapport.

Mais dans sa déclaration, le gouvernement a indiqué que les Haïtiens étaient hébergés au Centre de réhabilitation et de réintégration Hugo Chavez et qu’ »il faut souligner qu’il ne s’agit pas d’un centre de détention ».

« Ce centre est doté d’un personnel et de ressources adéquates et ses invités sont nourris et surveillés de manière adéquate. L’établissement est sécurisé et les conditions d’hygiène sont adéquates.

« Toutefois, comme il est impossible de déterminer quand la procédure judiciaire sera achevée, il a été proposé aux Haïtiens soit de rester dans l’établissement, soit d’être relâchés à une adresse de leur choix. Ils ont choisi cette dernière solution. Après leur repas, hier soir, ils ont été déposés à l’adresse demandée. Leurs objets de valeur et leurs passeports leur ont été remis ».

Le gouvernement a déclaré qu’il voulait « rejeter les allégations fantaisistes et imprudentes qui circulent sur cette question et implorer les politiciens et autres de cesser d’exploiter et de faire du sensationnalisme sur cette question pour faire avancer des programmes égoïstes ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *