Les Etats-Unis accentuent la pression sur l’apprenti-dictateur Jovenel Moïse
Les Etats-Unis accentuent la pression sur l’apprenti-dictateur Jovenel Moïse

Les quelques tentatives d’explications apportées samedi par l’apprenti-dictateur, en fin de mandat, sur le soi-disant bien fondé de son corps criminel et para-militaire A.N.I, semblent ne pas convaincre Washington, lundi matin.

Lundi 14 décembre 2020 (( radioplushaiti.com))– Michael G. Cozak, l’assistant Secrétaire du Département d’Etat pour les affaires hémisphériques, en appui au communiqué du Core Group publié le 12 décembre dernier, « pour exprimer l’inquiétude de la communauté internationale relativement à la situation en Haïti« , a affirmé dans un bref message sur son compte tweeter que « les États-Unis ne sont pas les seuls à s’inquiéter de l’érosion continue de la démocratie en Haïti, de l’absence d’élections législatives et d’une gouvernance par décret« .

Le Président Jovenel Moïse, à moins de deux mois de la fin de son mandat constitutionnel, à travers son Premier Ministre de facto Joseph Jouthe et l’idéologue Renald Luberice, a déjà manifesté un certain énervement par rapport au communiqué du Core Group. Toutefois, samedi dernier, de passage dans le Nord-Est du pays pour l’inauguration de petites pompes solaires à eau comme principale réalisation de sa présidence, il a indiqué qu’il n’est nullement animé de « velléité dictatoriale » en constituant illégalement ANI qui, par contre, n’est redevable qu’envers une seule personne, qui n’est autre que lui-même et son ombre.

« ANI, à la lecture des articles constitutifs réunit toutes les conditions pour supplanter les Tonton Macoutes, quoique dise M. Moise, un spécialiste des mensonges« , a affirmé un citoyen haitien évoluant dans la diaspora.

En reprenant ledit communiqué à leur seul compte les Etats-Unis semblent vouloir demander à Jovenel Moïse de prendre au sérieux les remarques du Core Group qui l’a toujours soutenu en dépit de ses manquements et dérives.

Se dirige t-on enfin vers un divorce consommé entre le Core Group et le gouvernement de l’apprenti-dictateur Jovenel Moïse ? La seule chose qui est sure et certaine pour l’instant, selon les déclarations de Me André Michel, « l’opposition haïtienne ne veut en aucun des cas aller aux élections avec Jovenel Moise » et les Tèt kale qui veulent le beurre et l’argent du beurre, pour répéter son actuel ministre des Affaires Etrangères, l’idéologue Claude Joseph.