Pénurie d’essence, kidnapping… une fin d’année dans la tourmente
Pénurie d’essence, kidnapping… une fin d’année dans la tourmente

Une nouvelle pénurie d’essence frappe de plein fouet Haïti ces derniers jours. Une situation qui s’ajoute au lot de problèmes qu’endure la population depuis l’avènement des PHTK au pouvoir.

La circulation est vraiment au ralenti. Les voitures de transport en commun sont de plus en plus rares. La plupart des pompes à essence sont vides. « Pa gen gaz! », s’étonne une dame qui était obligée de franchir Delmas 33 à pied.

Selon la structure des droits humains, Collectif Défenseurs plus, plus de 1,000 cas de kidnapping ont été repérés de octobre à décembre 2020, dont un grand nombre pour le dernier mois.

Alors, à côté du kidnapping qui dépouille la population haïtienne de tout son avoir, nous voici face à une carence d’essence qui complique le quotidien des citoyens.

Si ce problème ne profite pas aux chauffeurs de camionnettes, ce n’est pas le cas pour ceux des motocyclettes. Ils sont les adorés et fixent le prix du transport comme bon leur semble.

Aussi lamentables que puissent être les jours des haïtiens, les artistes ne sont pas pour autant conscientisés jusqu’à se joindre au peuple aux abois.

Par ailleurs, le BMPAD, voulant atténuer les effets, garantit la population que, dans 48 heures, une cargaison sera distribuée dans les pompes à essence.

SOURCE: TRIPFOUMI