Pradel Henriquez salue la bravoure des professionnels de la santé à l’ère de la Covid-19

Pradel Henriquez salue la bravoure des professionnels de la santé à l’ère de la Covid-19
Pradel Henriquez salue la bravoure des professionnels de la santé à l’ère de la Covid-19

Le Ministre de la Culture et de la Communication (MCC) a rendu hommage aux professionnels de la santé qui, malgré le danger que représente la COVID-19, « n’ont pas peur d’être contaminés pour nous soigner ». Ces hommes et femmes professionnels de la santé sont de véritables héros et héroïnes, par Pradel Henriquez. Le Ministre du MCC a en ce sens retenu la date du 1er janvier 2021, soit celle de la célébration du 217e anniversaire de notre indépendance pour leur rendre hommage.

Pour rester fidèle à l’esprit patriotique, Pradel Henriquez a, dans son discours de circonstance, soulevé quelques points importants entourant la date symbolique du 1er janvier. « Il y a de cela 217 ans, soit plus exactement, un 1er janvier 1804, Haïti devenait indépendante », peut-on lire à travers les lignes de son message. «Cela n’a été possible que suite à une guerre acharnée, menée pendant longtemps contre la France coloniale ». Une guerre menée par les pères et mères de la patrie haïtienne, et pour lesquels le Ministère de la Culture dit avoir une pensée spéciale.

D’entre ces héros et héroïnes de la guerre de 1804, Marie-Claire Heureuse Bonheur a su très bien retenir l’attention de Monsieur le Ministre. Cette femme «participa en fait activement à la guerre de l’indépendance nationale, en tant qu’infirmière. Elle prodiguait ainsi des soins nécessaires aux soldats de son temps, devenus avec le temps, nos héros d’aujourd’hui». Et tandis que l’on rendait hommage à la mémoire des héros et héroïnes du temps passé, l’occasion a été retenue pour honorer également ceux du temps actuel dont les professionnels de la santé.


Médecins, infirmières, auxiliaires, pharmaciens (es), ambulanciers (es), personnel technico- médical en général… Ce sont là nos valeureux soldats en guerre depuis environ 9 mois. La pandémie de COVID-19, selon M. Henriquez, « a mis en lumière leur rôle « poto-mitan », leur rôle extraordinaire de femmes et d’hommes qui ont choisi d’être des disciples d’Esculape pour évoluer ainsi dans un secteur où les défis sont légions ».

9000 guérisons, 236 décès et 10.000 cas d’infections; sont les chiffres communiqués par l’homme d’État. Des chiffres qui font le bonheur du Ministre. Néanmoins, il affirme qu’il faut malgré tout les déplorer.

Cette satisfaction par rapport aux chiffres enregistrés, Pradel Henriquez l’explique ainsi. « Tandis que le monde entier faisait, tout au début, la connaissance de l’ennemi invisible, les hôpitaux en Haïti étaient jusque-là sous-équipés, en manque de tout. Et les professionnels de la santé n’avaient alors ni déserté le champ de bataille, ni manqué à leur devoir ». Bien au contraire, toujours selon les propos du Ministre, ces experts éduquent, assistent et traitent souvent avec peu de moyens à leur disposition les personnes infectées.

« En prenant en charge les patients (es) présentant les symptômes de la nouvelle maladie », les médecins et autres spécialistes du domaine médical incarnent alors le bien commun. De même, ils incarnent à la fois la résilience et la résistance. Toutes deux « des constantes de notre histoire quotidienne ».

Qu’il s’agisse de professionnels nationaux ou internationaux, ils ont tous fait acte de bravoure. Car, a déclaré M. Henriquez, ils se sont bel et bien sacrifiés pour soigner, ici et là, des millions de victimes de la pandémie sur l’ensemble de la planète. Et donc, si la terre entière tourne autour de 48 millions de cas guéris de la Covid-19, ceci n’est certainement pas sans inclure l’assistance des ces ressources humaines dites inépuisables. C’est le résultat de la promesse de ces spécialistes qui ont juré d’être fidèles aux lois de l’honneur et de la probité. Ils ont appliqué la formule de Rabelais sur ce mariage indéfectible de la science et de la conscience : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Plus que la pandémie du nouveau coronavirus, la République d’Haïti, comme bien d’autres pays, y a été surtout touchée.

Pradel Henriquez a, somme toute, affirmé qu’ils ont à leur manière contribué à sauver le monde au sein des hôpitaux ou des centres hospitaliers.

En un mot, les professionnels (les) de la santé dans notre pays ou sous d’autres cieux, à l’ère de la Covid-19, constituent en fait nos véritables héros.

SOURCE: TRIPFOUMI

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!