Sommes-nous prêts pour la transition?

Sommes-nous prêts pour la transition?
Sommes-nous prêts pour la transition?

Il ne fait aucun doute qu’une transition remplacera M. Moises Jovenel à la fin de son mandat constitutionnel. S’il ne part pas de son plein gré ou comme le stipule la Constitution, le 7 février 2021, nous le peuple le chasserons, non seulement hors du palais national mais aussi hors du pays. Mis à part quelques articles de presse ici et là et certains documents préparés égoïstement par des politiciens de grands chemins, il y a peu ou pas de débats sur ce que sera ou ne sera pas la transition. Il n’y a pas eu de consensus sur la manière dont la transition prendra ses fonctions, qui en seront les membres, leur mission et comment faire en sorte qu’elle ne permette pas à certains de continuer à plonger le pays dans l’obscurité.

Mardi 22 décembre 2020 ((radioplushaiti.com))– Ce ne sera pas un moyen pour les chefs traditionnels qui ne peuvent pas gagner les élections de devenir président ou ministres. Ce ne sera pas une avenue pour les politiciens qui tiennent le pays en otage depuis dix ans de proposer une nouvelle forme de gouvernement qui leur profitera. Leur leadership, a conduit le pays à l’anarchie et au désordre que nous vivons aujourd’hui. Ils font partie des obstacles qui rendent le pays est si ingouvernable.

La transition sera le moment d’appliquer la Constitution, qui déjà établi le cadre du gouvernement que tous les Haïtiens méritent. Ce sera le moment de laisser les gens parler, décider par eux-mêmes et choisir la voie à suivre.

Il est temps que les Haïtiens fonctionnels se manifestent pour pourvoir des postes de direction et d’administration critiques dans le nouveau gouvernement. La transition permettra au peuple d’élire un gouvernement composé d’hommes capables, non pas parce que leurs noms sont des connus, mais parce qu’ils ont l’intégrité et la dignité. Il est temps pour le système judiciaire d’avoir une longueur d’avance pour être des acteurs puissants de la réussite de cette transition.

La transition sera un conseil d’Haïtiens locaux représentant tous les secteurs et modes de vie, mais pas une récompense pour les politiciens traditionnels. Il durera de trois à cinq ans pour constituer le conseil électoral permanent chargé de rédiger un nouveau décret électoral et d’organiser des élections et un nouveau calendrier électoral.

La transition facilitera le débat sur les besoins d’un amendement constitutionnel ou de la rédaction d’une nouvelle constitution et désignera les membres pour former le Conseil Constitutionnel conformément aux articles 190 bis à 190 ter-10 de la Constitution. Ce dernier réexaminera le nouveau décret électoral avant sa promulgation pour s’assurer qu’il ne recycle pas les articles 37 et 239 du décret électoral de 2015, qui fixe le mandat présidentiel à cinq ans, indépendamment de la date à laquelle le pays organise une élection ou de la date un président rende en fonctions.

Puisse cette transition être la dernière que le pays connaitra.

Dr Bobb RJJF Rousseau

Bobb RJJF Rousseau, PhD
Public Policy and Administration
Diaspora UniversiteThe Blog of Bobb RJJF Rousseau

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!