Un ancien membre de gang élu prof de l’année aux États-Unis

Un ancien membre de gang élu prof de l’année aux États-Unis
Un ancien membre de gang élu prof de l’année aux États-Unis

Darrion Cockrell, un prof d’édu­ca­tion physique à l’école Crest­wood Elemen­tary School de St Louis, dans le Missouri, a été nommé profes­seur de l’an­née 2021 outre-Atlan­tique, rapporte New York Post le week-end dernier. Une véri­table consé­cra­tion pour cet ancien membre de gang.

« J’ÉTAIS SUR UNE MAUVAISE VOIE, DESTINÉ À FINIR COMME MES AMIS, MORT OU EN PRISON « , DARRION COCKRELL.

Mardi 15 décembre 2020 (( radioplushaiti.com))–Dans son discours d’ac­cep­ta­tion, Cockrell a révélé qu’il avait eu une enfance extrê­me­ment diffi­cile et qu’il avait rejoint un gang dès l’âge de 10 ans. « C’était la vie normale pour moi. J’étais sur une mauvaise voie, destiné à finir comme mes amis, mort ou en prison », a déclaré Cockrell.

« Je suis né d’une mère toxi­co­mane qui a eu deux de ses six enfants à l’âge de 16 ans. Mon père a été assas­siné quand j’avais quatre ans, et j’ai commencé à entrer et sortir du système de place­ment fami­lial peu après mon sixième anni­ver­saire », a-t-il pour­suivi. Toute­fois, Cockrell a déclaré qu’a­vec l’aide de ses parents adop­tifs et de deux de ses profes­seurs d’édu­ca­tion physique, il avait voulu deve­nir lui-même ensei­gnant.

« J’ai eu beau­coup de défis et beau­coup d’obs­tacles, et si je n’avais pas croisé ces profes­seurs et éduca­teurs en cours de route, jamais je ne serai là où je suis aujourd’­hui. » Cockrell a égale­ment raconté qu’a­près un séjour en foyer, il avait été adopté par son entraî­neur de foot­ball améri­cain et sa femme. C’est plus tard qu’il a obtenu un diplôme à l’uni­ver­sité du Missouri à St Louis.

Après avoir remer­cié plusieurs ensei­gnants et modèles dans sa vie, Cockrell a tenu à ajou­ter une dernière chose. « Mon message pour les ensei­gnants est qu’il faut qu’ils se rendent compte du pouvoir qu’ils ont sur les enfants : ils peuvent vrai­ment chan­ger leur vie. » Darrion en sait quelque chose.

Source : The Inde­pendent et New York Post

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!